Le futur du monde hippique sera-t-il virtuel ?

Par | Crypto, Divers

Le PMU a toujours été pour moi un lieu de rêve, là où l’argent des uns s’envole pour finir dans la poche des plus malins ou des plus chanceux. Un endroit idyllique, où la course, la frénésie et l’alcool nous permettent de s’imaginer un futur meilleur tout en nous raccrochant à la réalité. On tourne la tête autour de soi et l’on ne voit que des losers selon notre propre regard ; les faux connaisseurs qui l’ouvrent trop ; les gars ayant des tuyaux qui se font discrets ; les habituels piliers de comptoir ; les blanchisseurs de fric ; les personnes de passage qui vont perdre leur pognon contre un peu d’adrénaline et toi, qui est l’un des leurs. Ici, c’est un carrefour de la vie où tu n’es pas mieux que les autres, un carrefour qui nous offre une diaspora de notre quartier, de notre ville, de notre monde. J’aime le PMU mais ma bourse s’y perd et mon foie lui, me réclame un supplice. C’est alors que le monde virtuel m’offre un palliatif : la course hippique virtuelle.  

Les courses virtuelles, le futur du turfeur ?

Le turf est l’ensemble des activités liées aux courses de chevaux et aux paris sur celles-ci. C’est un marché fort lucratif, au premier trimestre 2021, le marche du pari hippique représentait 481 millions d’euros d’enjeux.

Ce marché fort lucratif a donc fait des émules au sein du marché de la cryptomonnaie et des NFTs. Deux leaders sont partis pour se faire la part du lion : Zed Run et DeRace.

Zed Run : devenir un éleveur et créer sa dynastie

ZED RUN a été lancé en janvier 2019, il s’axe autour de l’élevage de chevaux et de courses et permet à ses utilisateurs de devenir des propriétaires qui peuvent acheter, élever et faire une course hippique grâce leurs propres chevaux numériques, chaque cheval étant un NFT.

Tout un système est mis en place pour en plus de faire des courses, de procréer des chevaux afin soit de les conserver dans sa propre écurie, soit de les vendre en usant de divers systèmes de spéculation.

Le jeu ne s’oriente que sur les chevaux et n’a pas de système de paris, ni de cryptomonnaie. Le floorprice de leur marketplace NFT est assez peu indicatif, car les tocards n’ont que peu ou pas d’intérêts dans ce jeu, les seuls chevaux (à mon humble avis) qui peuvent permettre de l’élevage de qualité sont les générations avant la Z10, qui permettront d’élever des chevaux de qualité et les revendre à des prix intéressants. Certes le jeu est accessible avec des chevaux qui ont un prix globalement faible pour certains (dans les environs des 10$ pour les moins chers) mais ils ne vous rapporteront rien, si ce n’est le plaisir d’avoir une écurie virtuelle. Je vous invite à vous reporter sur leur guide qui est très bien fait pour en comprendre toutes les subtilités.

Le jeu s’axe autour de deux activités principales ; la première étant la reproduction, permettant soit de revendre ses chevaux soit d’utiliser vos chevaux mâles pour vendre leur semence à un utilisateur possédant une jument ; la seconde étant les courses diffusées sur Twitch, permettant de gagner des cash prize. 

DeRace : le futur PMU virtuel ?

Face à Zed Run, un nouvel acteur est entré sur le marché hippique virtuel : DeRace, arrivé en janvier 2021. Le nouvel arrivant est un écosystème où vous pouvez participer à des courses hippiques, posséder et élever vos propres chevaux avec des caractéristiques uniques, y construire votre propre hippodrome et faire des profits grâce à cela. Les hippodromes et chevaux sont tous des NFT, possédant donc leur caractéristique propre, faisant donc de votre bien le digne successeur du roi fainéant Ourasi ou d’un quelconque tocard.  

DeRace veut en quelque sorte devenir le PMU du cryptogame. Supprimant la logistique, la bonne odeur de l’hippodrome et des crottins de cheval, l’alcoolémie du champ et sa folie. DeRace, c’est l’aseptisation du milieu hippique, une aberration pour tout bon turfiste mais l’argent abondera, les paris seront là et bien que l’interaction sociale disparaîtra, la frénésie et l’adrénaline des champs de courses subsisteront.

La crypto de DeRace

Au contraire de Zed Run qui n’a pas de crypto-monnaie, le système entier de DeRace est axé autour de sa monnaie : le $DERC.

Tous les chevaux sont vendus en DERC sur la plate-forme de DeRace sauf une petite partie d’entre eux, qui sont vendus via des cryptos populaires, notamment sur la plateforme NFT Binance via le premier IGO qui avait eu un relatif succès, en effet tous les NFT avaient été vendus en moins…d’une seconde.

Pour résumer :

– La majorité des chevaux seront vendu en DERC

– Tous les hippodromes seront vendu en DERC

– Les chevaux exclusifs seront vendu en DERC

Le point le plus important du DERC est d’être l’énergie centrale de toute la plateforme et ce même si certaines autres transactions autour de l’écosystème seront acceptées via d’autres cryptomonnaies ou monnaie FIAT, elles seront automatiquement et de manière transparente convertie en $DERC.

Les étapes de la Roadmap

Q4/’21

  • Lancement de la plateforme Beta
  • Ouverture de l’élevage
  • Lancement des courses animés
  • Intégration du wallet

Q1-Q2/’22

  • Lancement complet de la plateforme
  • Vente de nouveaux items liés aux chevaux
  • Lancement des hippodromes
  • Achat direct de DERC sur la plateforme
  • Achat direct de DERC en FIAT

Q3-Q4/’22

  • Lancement des paris
  • Application mobile
  • Intégration d’un service de publicité
  • Expansion sur des casinos cryptos

Pour le moment, les ventes de chevaux ont été initiées, provoquant une spéculation monstre sur le prix des différents étalons qui ont vu leur prix explosé. Néanmoins, s’il est bien difficile d’acquérir un canasson de premier tiers, le système de reproduction a permis une baisse des prix à l’image de Zed Run et offrir la possibilité à tout un chacun de posséder son champion ou à défaut son tocard à un prix correct. 

Les courses sont maintenant disponibles sur le site de DeRace, il suffit de connecter votre wallet contenant votre ou vos chevaux puis de participer via une contribution en Derc afin d’avoir une chance de remporter la récompense promise au trio de tête.

Pour les grandes fortunes, les hippodromes permettront à leurs possesseurs d’obtenir des revenus passifs. L’application se voit en un PMU virtuel avec le système de pari qui verra le jour dans le futur et leur intégration sur des casinos en ligne ; une folie ? Il n’en est rien, DeRace n’est que la continuité d’une révolution numérique dans le monde du divertissement. La course a débuté en BETA et elle s’annonce palpitante.

Le virtuel prendra-t-il le pas sur la réalité ? Le monde hippique et les champs de courses deviendront-ils des reliques du passé ? Il me semble bien présomptueux d’affirmer une telle chose. Nonobstant, les applications comme DeRace ou Zed Run apportent une véritable utilité au système de NFT, avec des jeux agréables, funs et qui peuvent permettre à tous de s’impliquer dans des jeux de gestion en ayant la possibilité de rentabiliser son investissement, tant sur le volet financier qu’en matière de temps.

Un commentaire à " Le futur du monde hippique sera-t-il virtuel ? "

  1. vidapacifica dit :

    Hello! I want to open a charitable foundation and help people in their tragedy. To help those who fled the terrible war in Ukraine and found themselves in a foreign country. I’m sorry to bother you! No to war! BTC: bc1qmxgn4p022rqvu8dh3hztmkt35k5jfrcktu9u4w

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le business de la culotte sale

Il est parfois bien compliqué de trouver un complément de...

Se faire virer, comment faire ?

Vous rêvez vous aussi de vivre la vie de rêve après...

Le futur du monde hippique sera-t-il virtuel ?

Le PMU a toujours été pour moi un lieu de rêve, là où...

Vie ma vie de prolo : Téléprospecteur

N’oublions jamais d’où l’on vient et...